Combien de temps dois-je laisser macérer mon rhum arrangé ?

Le temps de macération n’est pas universel : les arômes de chaque fruit, épice ou autre ingrédient sont pas libérer à la même vitesse. La durée dépend donc des ingrédients contenus dans le rhum arrangé.

Les bonbons (Dragibus, chocolats, Tagada et consorts) sont principalement composés de sucre et d’arômes artificiels qui se désagrègent très rapidement dans l’alcool. Une semaine de macération est généralement suffisante. La dilution des éléments permet de considérer si la mixture est prête à être consommée.

Les agrumes macèrent également très rapidement. Une à deux semaines sont suffisantes que le mélange soit aromatisé à souhait. Il est important de noter qu’un macération plus longue peut engendrer des problèmes d’amertume liée à la pellicule blanche pelucheuse située entre l’écorce et la pulpe du fruit. Il convient donc de goûter très régulièrement les macérations à base d’agrumes.

Les autres fruits ont des périodes de macération très différentes. Les recettes de macération contenant l’ingrédient choisi sont d’une bonne aide pour évaluer la durée idéale. Il faut généralement compter au minimum trois mois pour un rhum aux fruits. Plus la macération sera longue, et plus les fruits diffuseront leurs arômes dans le mélange.

Enfin, les épices ont également des périodes de maturation variables selon leur nature. La vanille a un cycle de libération plutôt long. 6 mois de macération sont nécessaires pour un rhum vanille. A l’inverse, le gingembre, la cannelle, la badiane (anis étoilé) et les piments s’infusent beaucoup plus rapidement et possède un goût plus prononcé.  Il est donc recommandé de surveiller la macération et de goûter régulièrement.

Laissez-vous tenter...